La Salamandre tachetée

Devant moi, une salamandre avance prudemment, avec ses petites pattes et le corps qui ondule. On se fixe avec nos grands yeux noirs, je reconnais alors ma cousine Samia. Que fais-tu en ce moment ?

En cette saison

Je m’en remets encore d’une frayeur. Quand je suis sortie d’hibernation ce printemps, mon ventre tout gonflé contenait une trentaine bébés larves. Je me suis déplacée lourdement vers la rivière pour les déposer dans l’eau. Nos larves vivent entièrement sous l’eau au contraire des bébés lézards. Eh oui, on est des amphibiens, cousins des grenouilles et des tritons ! Pour revenir à mon histoire, je me suis accrochée fermement à de la mousse avec mes pattes pour plonger l’arrière de mon corps dans le courant. Nous les salamandres, on ne sais pas bien nager. Après avoir pondu mes petits, épuisée, j’ai laché mes mains. Plouf dans l’eau ! Vite j’ai frétillé de la queue pour regagner la berge. Quelle aventure !

Une salamandre donne naissance à ses petits (les images sont incroyables, tant pis pour les paroles en allemand!):

Signe distinctif

Toutes les légendes qu’on a raconté sur moi ! Il faut croire que je fascine les gens avec mes couleurs peu habituelles. C’est en fait un signal de danger pour mes prédateurs: « attention, ne m’attaque pas, tu risque de bien le regretter ! » Car ma peau sécrète un venin toxique, mais pas dangereux pour l’homme. Ensuite, si on m’arrache la queue ou une patte, elles repoussent en quelques mois ! Je peux aussi vivre très longtemps pour un petit animal. Normalement 4 ans, mais parfois jusqu’à 20 ans ! A l’époque, on pensait que j’étais maléfique ou magique. On ma accusée de tuer des gens. Les Grecs racontaient que j’étais capable de marcher sur le feu sans me brûler ou de vivre au fond des volcans. On m’appelait alors salamandre de feu.

Pour bien m’observer

Le mieux c’est de venir me voir durant une nuit humide et douce entre mars et septembre. La journée, je dors au frais sous des pierres, des feuilles ou des morceaux d’écorce, dans un terrier de mulot ou coincée dans une fissure de rocher. Je sors de ma cachette une fois la nuit tombée. Tu peux aussi m’apercevoir le jour s’il pleut. J’aime tellement la pluie ! En septembre et parfois plus tard en octobre, je me terre confortablement dans des abris souterrains, sous les vieilles souches ou sous la mousse pour une longue hibernation !

Description

  • Taille : 20 à 28 cm
  • Aspect visuel : corps allongé, fin chez les jeunes mâles, boudiné et massif chez les femelles enceintes, noir luisant à taches jaunes à orange vif qui constituent un motif unique, comme une empreinte digitale, museau arrondi
  • Nourriture: petits invertébrés (prédateur) : vers, limaces, insectes, araignées qu’elle repère à l’odeur ou avec ses grands yeux noirs

Salamandre qui mange une limace:

  • Habitat : dans les coins humides et ombragés des forêts touffues qui contiennent des ruisseaux frais et clairs. Jusqu’à un peu plus de 1000m d’altitude.
  • Statut: on se raréfie. Le principal danger ce sont les voitures qui nous écrasent quand on traverse lentement la route, mais aussi la pollution de l’eau.

 

A découvrir

En quelques mots:

Comment descendre de ce caillou ?

Revenir à la page des articles